Commémoration de la Journée de l'enfant africain et lancement du rapport UA-UNICEF sur le financement de l'éducation

21 Jun 2024
Administrateur Aspyee
Ressources
Commémoration de la Journée de l'enfant africain et lancement du rapport UA-UNICEF sur le financement de l'éducation
8_1.png299 KB
Image(s)
Thème : « Éducation pour tous les enfants en Afrique : le moment est venu »

Quoi : Commémoration de la Journée de l'enfant africain et lancement du rapport UA-UNICEF sur le financement de l'éducation (éducation, science, technologie et innovation)

Thème : « Éducation pour tous les enfants en Afrique : le moment est venu »

Quand : vendredi 14 juin 2024, au siège de l'Union africaine, Addis-Abeba, Éthiopie, de 8h30 à 6h30.

Où : Petite salle de conférence 1, siège de l'UA, Addis-Abeba, Éthiopie.

Pourquoi : La Journée de l'enfant africain, commémorée le 16 juin de chaque année, offre l'occasion de réfléchir aux progrès réalisés en faveur des enfants et de souligner les défis qui persistent pour garantir l'accès à une éducation de qualité pour tous en Afrique. Alors que l’Union africaine a choisi l’éducation comme thème pour 2024, il est essentiel de souligner l’importance de l’éducation pour façonner l’avenir des enfants africains. En commémorant la Journée de l'enfant africain en matière d'éducation, l'attention peut être attirée sur la nécessité de systèmes éducatifs inclusifs et de qualité qui permettront aux enfants africains de s'épanouir et de contribuer au développement durable de l'Afrique.

Qui : Le département Éducation, Science, Technologie et Innovation (ESTI) de la Commission de l'UA en coopération avec le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF).

Objectifs : L'objectif de la commémoration de la Journée de l'enfant africain en relation avec les droits des enfants et l'éducation comme thème de l'Union africaine pour 2024, sera l'occasion de réaffirmer l'engagement en faveur d'une éducation de qualité, inclusive et équitable pour tous les Africains. enfants.  

Les objectifs spécifiques de cet événement sont les suivants :

  1. Sensibiliser les décideurs politiques, les communautés et les parties prenantes à l’éducation en tant que droit humain fondamental pour les enfants africains et bien public pour briser le cycle de la pauvreté, réduire les inégalités et assurer un avenir prospère à l’Afrique.
  2. Galvaniser la volonté politique et encourager les gouvernements à allouer des ressources adéquates à l’éducation et à adopter des politiques fiscales innovantes qui permettront de mobiliser des ressources supplémentaires pour l’éducation.
  3. Promouvoir la collaboration entre les États membres de l’Union africaine, les organisations de la société civile et les partenaires de développement autour des dépenses d’éducation à travers l’échange de meilleures pratiques, d’approches innovantes et d’assistance technique. Une plus grande collaboration favorisera également la transparence budgétaire, l’efficience, l’efficacité et l’équité dans l’allocation des ressources.
  4. Lancer le rapport sur le financement de l'éducation, qui facilitera la compréhension des tendances du financement de l'éducation en Afrique et des défis liés au financement durable et prévisible de l'éducation en Afrique.
  5. Aborder les stratégies de relance et les voies à suivre pour les dépenses d’éducation en Afrique après la COVID-19. Cela aidera les États membres de l’UA et les parties prenantes à formuler des plans de relance fondés sur des données probantes qui donnent la priorité à l’éducation, à construire des systèmes éducatifs résilients et à remédier à la perte d’apprentissage et aux inégalités exacerbées par la pandémie.

Résultats attendus:

  1. Sensibilisation accrue des décideurs politiques, des éducateurs, des parents et du public aux effets néfastes de la pandémie sur les dépenses éducatives en Afrique.
  2. Occasion établie de présenter des exemples réussis d’initiatives de relance de l’éducation, d’innovations et de meilleures pratiques de différents pays africains, favorisant le partage des connaissances et l’apprentissage mutuel.
  3. Engagement renouvelé des décideurs politiques, du secteur privé et des organisations internationales à faire de l’éducation une priorité budgétaire.
  4. Collaboration renforcée entre l'UA, les États membres, le secteur privé et les institutions financières internationales autour de la transparence, de l'efficience et de l'efficacité budgétaires dans le secteur de l'éducation.
  5. Plateforme établie pour mobiliser des ressources et des investissements supplémentaires dans l'éducation, ainsi que pour encourager des mécanismes de financement innovants, tels que des partenariats public-privé, pour répondre aux besoins éducatifs des enfants africains.